Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La pensée activée

La pensée activée

Être éveillé, c'est sortir du rêve! La véritable spiritualité se vit!


AV9 - Transmettre une information sans nous parler...

Publié par Pascal Cadart sur 17 Juillet 2010, 18:18pm

Catégories : #Une autre vision

Le concept du 100 ème singe

Une espèce de singe japonais, le macaque japonais ( macaca fuscata ), a été observée à l’état sauvage sur une période de 30 ans.

En 1952, sur l’ile de Koshima, des scientifiques nourrissaient les singes avec des patates douces crues en les jetant sur le sable. Les singes aimaient le goût des patates douces, mais trouvaient leur saleté déplaisante.

Une femelle âgée de 18 mois, appelée Imo, pensait qu’elle pouvait solutionner le problème en lavant les patates dans un ruisseau tout près. Elle enseigna ce truc à sa mère. Leurs compagnes de jeu apprirent aussi cette nouvelle façon de faire et l’enseignèrent aussi à leurs mères.

Cette innovation culturelle fut graduellement adoptée par différents singes devant les yeux des scientifiques. Entre 1952 et 1958, tous les jeunes singes apprirent à laver les patates douces remplies de sable pour les rendre plus agréables au goût. Seuls les singes adultes qui imitèrent leurs enfants apprirent cette amélioration sociale. Les autres singes adultes conservèrent leur habitude de manger des patates douces sales.

À l’automne de 1958, un certain nombre de singes de Koshima lavaient leurs patates douces - leur nombre exact demeure inconnu. Supposons que lorsque le soleil se leva un matin, il y avait 99 singes sur l’île de Koshima qui avaient appris à laver leurs patates douces. Supposons encore qu’un peu plus tard ce-matin là, un centième singe appris à laver les patates. Alors quelque chose d’étonnant se produisit !

Ce soir-là presque tous les singes de la tribu se mirent à laver leurs patates douces avant de les manger. Un peu comme si l’énergie additionnelle de ce centième singe créa une sorte « de percée scientifique » !

Mais ce n’est pas tout : la chose la plus surprenante observée par ces scientifiques fut le fait que l’habitude de laver les patates douces se transmit de façon inexpliquée et simultanée à des colonies de singes habitant d’autres îles ainsi qu’à la troupe de singes de Takasakiyama sur le continent qui commencèrent aussi à laver leurs patates douces. C’est ainsi que le macaque japonais fut surnommé le « laveur de patates ». Conscience et masse critique

 

Cette histoire est remarquable car elle souligne deux points capitaux qu’il nous serait utile de retenir pour notre avenir à court et moyen terme.

  • Tout d’abord, pour qu’un tel changement soit possible, il ne suffit pas qu’un petit groupe adopte une attitude différente. Il ne s’agit pas ici de la domination exercée par une minorité utilisant la force et la coercition mais au contraire de l’accession d’un groupe a un niveau de conscience plus élevée [2]. C’est ici la première clé.
  • Et voici la seconde. Bien que le nombre exact peut varier, ce « Phénomène du Centième Singe » signifie que lorsque seulement un nombre restreint de personnes apprend une nouvelle façon de faire, celle-ci peut devenir partie intégrante de la conscience de toute la communauté. En effet, à un moment donné, si seulement une personne de plus se met à adopter cette nouvelle prise de conscience, son champ d’action s’étend de telle sorte que cette prise de conscience est adoptée par presque tout le monde.

Les études en physique quantique semblent démontrer que le nombre minimal de personnes requises pour ” déclencher ” un changement de conscience est celui-ci : 1% d'une population.

 

Je voudrais rajouter que lorsqu'il se passe une prise de conscience spirituelle au niveau d'un groupe, tous les personnes du groupe sont concernées par cette prise de conscience et cela quelque soit la distance. La seule condition est d'avoir une attitude ouverte et réceptive. Pour donner un exemple simple. Il arrive que deux savants font la même découverte à quelques jours d'intervalles alors qu'ils ont dans des pays différents et qu'ils ne se connaissent pas.

J'ai aussi fait cette expérience. Dans une salle, nous étions 400 personnes. L'animateur Christian Godefroy nous a réparti en 40 groupes de 10 personnes. Nous ne nous connaissions pas. Dans chaque groupe 3 personnes devaient sortir de la salle. Je fus l'une de ces 3 personnes. Les deux autres étaient doués au niveau de la transmission de pensée, moi pas.
Les 7 autres personnes devaient imaginer une action sportive. Et nous qui étions à l'extérieur devions deviner cette action. Nous avions droit de poser chacun une question à laquelle le groupe devait répondre seulement par oui ou par non. Notre groupe avait imaginé un coureur grimpant une côte à vélo. Première question: Je vois des lunettes. Réponse: Non, mais il y a quelque chose. Deuxième question: Je vois une côte, une montée. Réponse: oui. Moi je ne voyais rien du tout. C'est là que l'un de mes deux partenaires a dit, c'est une personne qui grimpe une côte en vélo. (il est vrai que les lunettes peuvent faire penser aux roues d'un vélo.)
La perception extra sensorielle est déjà quelque chose de remarquable. Mais ce qu'il y a de plus étonnant et qui va nous rapprocher de l'expérience des singes, c'est que

  • dans chaque groupe les actions sportives étaient différentes
  • tous les groupes sauf deux ont découvert le sport
  • chaque groupe crée une entité autonome
  • il n'y a pas d'interférence entre les groupes,
  • personne n'a découvert ce que pensait l'autre groupe ou n'a vu les images d'un autre groupe
  • un groupe même engendré spontanément crée une relation de pensée entre ses membres.


L'histoire des singes vient du blog ci-dessous.
http://channel2012.unblog.fr/2009/07/27/meditation-et-masse-critique/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents