Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La pensée activée

La pensée activée

Être éveillé, c'est sortir du rêve! La véritable spiritualité se vit!


Quelle vie ai-je envie de créer?

Publié par Pascal Cadart sur 14 Avril 2011, 10:24am

Catégories : #Ce que je pense

Le film de ma vie


Est-ce que je joue mon propre film ou le film d'un autre?

 

Dans un film, il y a le scénario, les acteurs et le spectateur.  Dans le film de ma vie, je suis à la fois le scénariste, l’acteur et le spectateur. Je suis acteur à chaque fois que je suis impliqué dans l’action, je suis spectateur de ce qui se passe autour de moi, je suis spectateur du film de mon entourage. Mais très rarement, je suis conscient d’être le scénariste, car je crois que c’est quelqu’un d’autre qui a écrit l’histoire. Et si je prenais conscience que je suis le scénariste. Ce n’est pas évident du tout car jusqu’à présent la religion nous parlait d’un « bon Dieu » qui punissait, dans d’autres parties du monde, d’autres religions nous parlaient d’un karma engendré par nos actions, une autre d’un Dieu qui nous imposait sa volonté, d’autres croient aux esprits de la nature, d’autres ne croient à rien mais veulent nous imposer leurs pensées. Dans quasiment tous ces cas de figure, si je ne décide pas d’être le scénariste de ma vie, je suis une marionnette soumise à un destin inéluctable. 


Bien sûr, je continue d’être soumis à des impondérables, parce que je ne change pas comme çà, d’un seul coup, mais depuis que je suis conscient que c’est à moi d’écrire le scénario de ma vie, je subis de moins en moi les événements extérieurs.


Dans les pays dit civilisés, nous sommes obligés de travailler parce que des hommes ont écrit ce scénario. Et si je reste dans la logique qu’on m’a inculqué, c’est vrai. Puis quelqu’un va penser que c’est plus rentable de faire faire le travail ailleurs. La puissance de pensée d’une autre personne va changer mon scénario de vie. Parce qu’un autre l’écrit à ma place…

Pourquoi cela se passe ainsi ? Parce que je laisse à un autre le pouvoir de décider de ma vie. Et si je décidais d’écrire mon propre scénario ? Ah, oui, je vais devoir penser par moi-même, comment vais-je faire ?


Si je ne fais rien, je continue d’être la marionnette manipulée par tous les manipulateurs qui ont envie de s’amuser avec moi.


Si je vis le film d’un autre et que je ne suis pas heureux, j’ai la possibilité d’en changer le scénario. Si je suis enfermé dans un film d’épouvante, je peux aussi en changer le scénario. A condition que je le sache. Et jusque maintenant rares sont les personnes qui nous le disent. Comment modifier le scénario ? En changeant ma manière de penser. J’ai une amie qui a le même problème depuis que je la connais, c’est-à-dire une vingtaine d’années. Et elle passe sa vie à raconter ces problèmes à ces amis, qui se lassent.  Et si simplement elle décidait de vivre autre chose ? Simplement, ce n’est pas si facile. Son film est enregistré sur un DVD rayé et c’est toujours le même scénario qui revient. 


Mais là revient la question, qu’est-ce que je veux vraiment ?  

Je viens de visualiser une vidéo  sur internet. Elle montre la vie que nous vivons tous aujourd’hui. Est-ce cela que j’ai envie de vivre ? Cette vie qui nous entraine toujours plus vite vers nulle part, cette production acharnée qui nous procure un bien-être destructeur de la planète. Est-ce cela que je veux ?  [Je l'ai mise à la fin de l'article.]

Tout cela va continuer tant que je vis  la vie imposée par mon directeur,  mon chef, mon mari, ma femme, mes enfants, mon groupe religieux, politique ou autre. Mais, dans tout cela, quand est-ce que je pense par moi-même ?


Quand est-ce que je décide de décider, par moi-même ?

Oui, mais, si tout le monde décide par lui-même ?  Bien sûr, si nous en restons au niveau du mental, çà sera la cacophonie. Mais au niveau spirituel ou au niveau quantique, les événements s’harmonisent d’eux-mêmes.  Nous n’avons pas l’habitude, mais c’est réellement comme cela que çà se passe. On appelle çà synchronicité.  Je rencontre la bonne personne au bon moment. Je dis à mon esprit ce qu’il doit faire et mon esprit suit la direction que je lui donne.

Les acteurs de ma vie, ce sont mes pensées. Je réagis à ma pensée du moment. Une fois une personne prenait ses distances avec moi. Plus tard, j’ai compris que je lui faisais penser à quelqu’un qui me ressemblait. Comme quoi nos pensées sont parfois très éloignées de la réalité. Si quelqu’un dit quelque chose qui me blesse, je vais réagir négativement. Pourquoi ? Si quelqu’un me dit « imbécile » et que je régis violemment, c’est parce que je crois que c’est vrai. Est-ce que réellement je crois que c’est vrai ? Si ce n’est pas vrai, je n’ai pas de raison de réagir. Si je pense que c’est vrai, c’est peut-être parce que quelqu’un me l’a fait croire à un moment de ma vie.


Dans ce film de ma vie quelle est la part de réel et d’irréel ?

Dans ma vie, je suis beaucoup plus que mes pensées.  Je suis ce que je mange, je suis ce que je respire, je suis ce que je bois. C’est évident si je bois un verre d’alcool. Tout à coup, je ne suis plus la même personne.  Quelqu’un qui respire bien, qui mange sainement est dix fois plus en forme que quelqu’un qui ne soucie pas de ces aspects de sa vie.


La plupart des religions nous parlent du détachement des choses de la vie. Si c’était vrai les moines et religieuses seraient des gens heureux et épanouis et tout le monde aurait envie d’aller dans un monastère. Mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas le détachement qui est important, c’est le lâcher-prise.  Je ne m’attache plus à mon problème, je n’attends plus que l’autre fasse quelque chose pour moi. Je fais confiance à mon être intérieur. Je ne me soucie plus des apparences, de ce qui m’arrive, je me soucie de ce que je veux vraiment. Et là, ma vie va changer vraiment. Je ne vais plus aller où d’autres veulent m’entraîner, mais là où je veux.

 

Dans un premier temps je te propose un petit exercice à faire tout au long de la semaine. Prends conscience de ce que tu penses. Cette pensée, est-ce bien moi qui l’ai choisie ? 

 

Est-ce que je joue mon propre film ou est-ce que je joue le film d’un autre ?

Quel film ai-je envie de réaliser ? Un film d’épouvante ou un film où la paix, l’amour et la bonté triomphent?


Commenter cet article

Gabriel 27/04/2011 08:48


Merci d'avoir pris le temps de me répondre.J'avoue que j'ai cherché et je cherche encore la vérité celle qui "me rendra libre" comme il est dit dans les Écritures. Je vous pose la question, pour
quelle raison vous ne faite pas complétement la volonté du "Père" vous donnez l'impression d'accorder du crédit aux textes bibliques vous croyez en Jésus-Christ, mais vous ne faites pas les choses
que Jésus vous enseignes. Quand je dis "vous" je parle pour un grand nombre. Personne n'est en droit d'affirmer, de décréter,d'imposer, nous sommes tous des pécheurs moi le premier. Merci pour
votre conseil "lâchons prise"...


Pascal Cadart 27/04/2011 19:01



Cà serait trop long de répondre en quelques lignes. mais voici l'essentiel.


Je ne suis pas un pauvre pécheur.
Je suis un enfant de Dieu, un enfant de l'Amour.
C'est cela la vérité qui rend libre.



Dieu m'aime tel que je suis, avec mes défauts et mes qualités.


Moi si j’avais commis tous les crimes possibles,
je garderais toujours la même confiance,
car je sais bien que cette multitude d’offenses
n’est qu’une goutte d’eau dans un brasier ardent.


Sainte Thérèse



Gabriel 25/04/2011 08:41


Bonjour bien que je suis en total accord avec le principe je n'arrive toujours pas à comprendre que l'homme recherche sur cette terre et dans cette vie le bonheur et être heureux tout le temps et
sans cesse. Hélas l'homme se trompe. Rendez vous compte que s'il n'y avait pas le malheur le bonheur n'existerait pas. J'ai étudié et j"étudie encore les livres Saints de divers origines. Dans le
texte de votre blog il est dit qu'il n'y a pas de moine heureux je ne suis pas d'accord. Si un texte qui sois disant à le pouvoir de nous éclairé sur la Vérité et commence par dire des mensonges on
ne peut aller guère loin. J'aime votre blog et j'aime aussi les gens comme vous qui recherchent. Au plaisir de se lire. Bonne journée


Pascal Cadart 26/04/2011 20:35



S'il n'y avait pas le malheur, le bonheur n'existerait pas. Et pourquoi aurions-nous besoin du malheur? C'est notre état d'esprit qui engendre ce que nous
sommes, mais c'est tellement nouveau que nous n'en avons pas encore conscience. Et il n'est pas évident de changer d'état d'esprit instantanément. Si nous avons besoin du malheur, pourquoi
Jésus guérissait-il les gens?


Ce que je voulais dire au niveau des moines, c'est qu'il ne suffit pas de se retirer dans un monastère pour être heureux. Les moines heureux sont ceux qui ont fait une rencontre avec le Christ
intérieur. Le lâcher prise est beaucoup plus important que de se retirer du monde et le lâcher prise est à la portée de tout le monde. A condition de lâcher prise...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents